EDITORIAL

Il est, de part le monde, quelques media art fairs qui émergent ici et là durant que Variation perdure. Pour sa troisième année, cette foire parisienne aux allures de salon des singularités s’installe à la Cité Internationale des Arts. Un détail qui prend son importance si l’on considère la blancheur des murs de sa galerie sur son site du Marais. Car la mission de Variation, depuis sa création en 2014 par Art2M – comprenons Art to machine – est d’extraire les œuvres de médias et technologies de la black box ou de l’Internet pour les contextualiser au sein d’un white cube. C’est-à-dire du dispositif que les collectionneurs et institutions connaissent bien pour s’y presser, à Paris, durant la troisième semaine d’octobre dédiée à l’art contemporain.

Anne-Cécile Worms, qui produit l’événement, est aussi l’initiatrice de la Marketplace ArtJaws – littéralement mâchoires de l’art – car elle sait l’importance du marché quant à la pérennité des œuvres de quelques technologies que ce soit. A Variation, il n’y a pas de stand afin que les œuvres, “librement”, dialoguent entre elles. L’autre spécificité de cette foire-exposition réside dans le fait que les pièces qui y sont présentées ont toutes été sélectionnées par un critique d’art et curateur indépendant, Dominique Moulon, en étroite collaboration avec les artistes et leurs galeries ou agents et producteurs. L’idée étant de valoriser enfin les pratiques numériques plurielles d’un art contemporain singulier comme ont commencé à le faire cette année le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris avec Co-workers puis la Whitechapel de Londres avec Electronic Superhighway.

Il y a donc un intérêt grandissant pour les œuvres documentant le monde au travers des technologies qui sont à l’origine de ses plus profondes mutations. Un intérêt qui va bien au-delà des grandes Biennales Internationales des Arts Numériques que sont Némo à Paris ou la BIAN à Montréal. Un intérêt qui vient aujourd’hui des “utilisateurs” que nous sommes tous devenus. Aussi, il nous apparaît important, voire nécessaire, que des artistes usant des technologies de leur temps en fassent eux-mêmes la critique. Car avec Variation, c’est au travers de l’art que nous investiguons les grandes problématiques sociétales qui émergent de notre usage à tous du numérique et plus précisément de l’Internet. Et c’est parce qu’il est aussi question de partage que l’entrée de l’exposition Variation de la Cité International des Arts sera gratuite entre les 18 et 23 octobre 2016.

siganturemoulon-300x52

DOMINIQUE MOULON, curator of the exhibition